ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

groupes à risque

Se souvenir pour agir contre les violences envers les étudiantes

Stop aux violences sexuellesHier, des commémorations soulignaient l’assassinat de 14 femmes âgées entre 20 et 31 ans étudiant à l’école Polytechnique de Montréal. Ces adultes en formation ont été assassinées parce que le meurtrier croyait qu’elles usurpaient la place des hommes. C’était il y a 28 ans. Cependant, le contexte actuel nous rappelle que les étudiantes font toujours face à des problèmes de violence, notamment sexuelle. Les dénonciations à ce sujet ont pris une telle ampleur que le Time Magazine a choisi comme personnalité de l’année 2017 les femmes « briseuses de silence » (The Silence Brakers).

La formation continue pour contrer les violences faites aux femmes

Contre les violences faites aux femmesComment expliquer le décès de Daphné Boudreault, cette jeune femme de Mont-Saint-Hilaire assassinée par son ex-conjoint? À ce stade de lecture, vous vous demandez peut-être quel est le lien entre les violences faites aux femmes et l’éducation des adultes. Or actuellement, on parle de plus en plus de formation continue des principaux corps professionnels impliqués dans ces situations.

Contrer les violences sexuelles en enseignement supérieur

Stop aux violences sexuellesDepuis quelques années, la question des violences sexuelles envers les femmes refait surface. Ces violences ont lieu dans tous les milieux, y compris dans les institutions d’enseignement supérieur. Elles constituent très certainement une barrière à la persévérance scolaire et à l’obtention d’un diplôme pour des femmes adultes qui retournent sur les bancs d’école. Une étude montre l’ampleur de cet important problème social. Par ailleurs, la ministre de l’Enseignement supérieur vise à faire adopter une loi-cadre d’ici septembre prochain pour agir sur ce problème.

S'abonner à RSS - groupes à risque