ICEA

Institut de coopération pour l'éducation des adultes
 

Un indicateur de la fragilisation des organisations

Mur de briques rouge fissuréTémoigner des résultats obtenus

Parmi les indicateurs développés pour Apprendre + Agir, on retrouve un indicateur original de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA). Cet indicateur a été construit à partir des résultats d’une enquête de l'Institut publiée en 2016. Il témoigne des résultats obtenus par l'ICÉA dans sa réflexion sur la situation des organisations dont le financement public a été réduit par les gouvernements au cours des dernières années. Cet indicateur témoigne tout particulièrement des impacts de ces réductions sur les organisations touchées. Il a permis de dresser un portrait des mesures qu’elles ont dû mettre en œuvre pour faire face à ces réductions. À ce titre, l'ICÉA constate que les réductions du financement public dédié à l’éducation des adultes ont fragilisé de nombreuses organisations du secteur.
 

Des organisations fragilisées

L’enquête menée par l'ICÉA a permis d’évaluer l’état de fragilisation de 42 organisations touchées par des réductions de leur financement public. Cette enquête visait à en savoir plus sur les mesures que ces organisations ont été contraintes de mettre en œuvre, au cours de la période allant de 2010 à 2015, en réaction à la réduction de leur financement. 
 
Le formulaire de l'ICÉA proposait aux organisations répondantes un ensemble de mesures réactives telles que l’abolition de postes de travail, la réduction des heures de travail ou encore la réduction ou l’abolition de services, de programmes ou d’activités. Ces organisations devaient indiquer quelles mesures avaient été mises en œuvre, entre 2010 et 2015, en réaction aux réductions de leur financement. Les organisations avaient également la possibilité d’apporter des précisions sur d’autres mesures, non identifiées dans le formulaire, qu’elles auraient mises en œuvre au cours de cette période. 
 
Partant de ces renseignements, toutes les organisations qui disaient avoir mis en œuvre des mesures ont été classées dans la catégorie « fragilisées ». Par ailleurs, il a été possible de qualifier cet état en fonction du nombre de mesures mises en œuvre par ces organisations touchées. À terme, l'ICÉA a développé un indicateur permettant de mesurer trois différents degrés de fragilisation des organisations répondantes touchées. 
 
Il a ainsi été possible d’établir que : 
  • 60 % des 42 organisations dont il a été possible d’évaluer l’état de fragilisation se retrouvaient dans un état de fragilisation aggravée après avoir mis en œuvre trois mesures et plus en réaction aux réductions de financement public (25 organisations composaient ce groupe);
  • 24 % des 42 organisations dont il a été possible d’évaluer l’état de fragilisation se retrouvaient dans un état de fragilisation marquée après avoir mis en œuvre deux mesures en réaction aux réductions de financement public (10 organisations composaient ce groupe);
  • 16 % des 42 organisations dont il a été possible d’évaluer l’état de fragilisation se retrouvaient dans un état de fragilisation amorcée après avoir mis en œuvre une mesure en réaction aux réductions de financement public (7 organisations composaient ce groupe). 

État de fragilisation de 42 organisations touchées par des réductions de financement

 

Apporter un éclairage nouveau sur la situation des organisations touchées

La valeur de cet indicateur se fonde sur le constat que toutes les mesures retenues dans le cadre de cette enquête, qu’elles aient été identifiées au départ par l'ICÉA ou à postériori par les organisations participantes, sont de nature à limiter les capacités d’action et d’adaptation des organisations qui les mettent en œuvre. De fait, cet indicateur apporte un nouvel éclairage sur la situation des organisations touchées au moment de l’enquête. 
 
Par ailleurs, comme le souligne un article de la publication Apprendre + Agir, l’enquête de l'ICÉA « ciblait à priori des mesures réactives susceptibles d’affecter l’équipe de travail ou l’offre de service des organisations touchées. » L'ICÉA voulait ainsi apporter un éclairage nouveau sur deux dimensions stratégiques liées à la fragilisation des organisations touchées. Cependant, les autres mesures mentionnées par les organisations répondantes ont fait apparaître une nouvelle dimension, celle des conséquences des réductions du financement public sur leur développement organisationnel.
 
En effet, les « autres mesures » mentionnées par les organisations répondantes font état de réduction des dépenses liées à des opérations stratégiques comme la formation du personnel, le développement de contenu, la représentation auprès des partenaires ou la participation à des activités de concertation. Toutes ces opérations contribuent au développement des capacités d’action et d’adaptation des organisations. Si ces dernières ne les réalisent pas faute de ressources suffisantes, elles n’en seront que plus fragilisées.

 

La situation particulière des organisations en situation de fragilisation aggravée

Pour aller plus loin dans l’analyse de cet indicateur et de sa valeur, il serait intéressant de jeter un œil sur la situation particulière des organisations qui se retrouvent en situation de fragilisation aggravée. En effet, un inventaire des mesures mises en œuvre par les 25 organisations qui composent ce groupe révèle que : 
  • 21 organisations mentionnent avoir aboli des postes de travail;
  • 18 organisations mentionnent avoir réduit les heures de travail;
  • 19 organisations mentionnent avoir réduit les services, programmes ou activités; et 
  • 22 organisations mentionnent avoir pris d’autres mesures (à ce titre, la réduction des dépenses en formation, en représentation et en développement de nouveaux outils est mentionnée par 12 organisations).
 
Ce regard sur les organisations en situation de fragilisation aggravée est plutôt inquiétant. Il permet d’imaginer comment toutes ces mesures mises en œuvre ont eu pour effet de fragiliser la santé financière, la mission et l’offre de services de nombreux organismes actifs en éducation des adultes. 
 
Cela dit, l'ICÉA souhaite poursuivre sa réflexion sur les impacts des réductions du financement public dédié à l’éducation des adultes. Nous voulons notamment en savoir plus sur les organisations qui se retrouvent en situation de fragilisation aggravée. Des portraits de différentes organisations qui ont mis en œuvre trois mesures ou plus entre 2010 et 2015 seront donc réalisés au cours de la prochaine année.